417 Mon expérience avec l’EFS | Amanda in progress

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Amanda in progress
Dernier Billet
Histoire | Identités | T | Woman's Land | 28.05.2013 - 22 h 05 | 8 COMMENTAIRES
Mon expérience avec l’EFS

Tout comme il me semble normal de râler quand je me confronte parfois à des personnes ou administrations butées il me semble tout a fait normal aussi de le dire quand une situation a priori désagréable se passe relativement bien.

Ce midi j’ai tenté un don du sang. Pour la petite histoire j’ai fait pendant plusieurs années ces dons qui me semblent tellement peu pour moi et tellement utiles pour les autres, puis j’ai arrêté en 2008 en réaction aux directives de l’EFS concernant les personnes homosexuelles qui me rendaient malades…

Je tiens tout de suite a préciser que cette expérience du jour n’est pas une réalité absolue, que d’un endroit à l’autre, d’un médecin à l’autre, le résultat aurait pu être différent. Je ne publie ce témoignage que parce que j’avais une belle frousse d’y aller depuis ma transition et que maintenant j’irais le cœur moins lourd.

Justement entre 2010 et aujourd’hui j’ai transitionné et tout ce temps des questions me taraudaient : En tant que trans MtF aimant les hommes comment j’allais être perçue et reçue ? Et est-ce que mon traitement hormonal pouvait me rendre irrecevable à un don du sang ? Est-ce qu’un refus du médecin me mettrait sur une liste noire ?

Mon avantage sur cette dernière question c’est que mon état civil est encore le même qu’avant mon jugement (merci les délais administratifs) donc même si je me retrouvais en liste noire, mon changement d’état civil me permettrait d’en sortir toute seule et de me réinscrire plus tard sous mon nouveau prénom. (Non je ne suis pas froide et calculatrice, j’aime bien avoir une stratégie de repli !).

Donc ce midi je me rends au don du sang dans ma petite ville, comme auparavant en attendant d’être appelée par l’infirmière qui gère l’accueil je prépare ma « Carte Nationale de Donneur de Sang » contenant tout un tas d’infos : mon rhésus, mon « numéro de donneur », ma date de naissance, et évidemment mon ancienne identité avec juste devant la mention « Monsieur ».

Et paf !

Vous voyez venir la suite ? Je me présente devant l’infirmière et donne ma carte, réaction immédiate « Mais ce n’est pas votre carte ! ». Et moi de lui répondre « aie euh … c’est bien mon ancienne identité, j’ai changé d’identité vous voyez ? ». Un petit moment gêné de sa part mais elle comprend immédiatement, commence le traitement de mon inscription au don du jour et puis pars tout à coup. Je la vois se diriger vers un box où se trouve une médecin. La discution dure 2-3 minutes puis elle revient l’air soulagé et continue son travail. Elle me remet le questionnaire a remplir et me demande de revenir la voir ensuite.

A ce moment là je tremble comme une feuille, je n’ai passé que la première étape même si ça semble en bonne voie.

Je rempli le questionnaire en laissant intentionnellement vide la partie « relation entre hommes », par contre j’ai coché honnêtement la case « j’ai suivi un traitement ces deux dernières semaines » (mon THS !). Je retourne voir l’infirmière qui m’envoie immédiatement vers la médecin avec qui elle avait parlé (dépassant toute la file d’attente en conséquence ^_^). Celle-ci fait des yeux ronds en me voyant, et commence les questions :

– donc vous avez changé d’identité ?
— Oui
– ok … ça date de quand ?
— Début avril mais ça mets du temps à passer du TGI au parquet…
– ah les administrations française … pas de soucis avec votre famille, vos collègues ?
— non aucun
– c’est vrai ? c’est super pour vous, je veux dire ce n’est pas toujours facile … vous avez marqué prendre un traitement, lequel ?
— je suis sous acétate de cyprotérone et oestrogènes
Elle note puis reprend,
– vous êtes suivie ?
— oui par mon généraliste et mon endocrinologue
– pas d’anesthésie dans les quatre mois ?
— seulement en octobre dernier pour une rhinoplastie

Apparemment le THS ne semble lui poser strictement aucun problème. Elle prend ma tension (13-7), elle me fait un test d’hémoglobine car ça fait plus de deux que je ne suis pas passée par là, au passage elle me rappelle qu’il y a cinq ans je faisais déjà 70kg donc mon poids n’a pas changé avec le traitement (yeaah !).

Enfin elle tique sur les cases laissées vides à la fin du questionnaire. Je commence a me décomposer et bredouille que oui j’ai déjà eu des relations avec des hommes que c’était il y a 4 ans, que depuis j’ai une vie de nonne et donc je ne sais pas quoi répondre au questionnaire. Là elle me répond « oh mais donc rien dans les quatre mois ? donc c’est bon ».
Dans ma tête ça a donné « Quoi ? quoi ? c’est bon ? chut tais-toi Amanda avant qu’elle ne change d’avis ».

Peut-être qu’elle a tout simplement pris en compte le fait que je suis suivie régulièrement par au moins deux médecins ?

Elle me prévient qu’elle ne peut pas encore changer mon identité en étant sincèrement navrée … je n’insiste pas, je reviendrais de toute façon avec ma nouvelle CNI la prochaine fois.

Ensuite elle me regarde et presque triste m’explique « zut je ne peux pas prévenir l’infirmière qui va s’occuper de vous … » (pour explication : les infirmières sont toutes encerclées par des brancards, on arrive, on se pose sur n’importe lequel avec notre feuille d’étiquettes et l’une d’elle au hasard vient vers vous quand elle a terminé avec les autres).
Légèrement crispée je la rassure quand même « Ne vous inquiétez pas j’ai l’habitude de devoir raconter ma vie ».

Après un joli « au revoir madame » de sa part je sors du box. Ouf j’ai subi la seconde étape et j’ai survécu !!! Toujours tremblante je bois ma bouteille d’eau et vais m’allonger.

Il ne reste donc plus que le don, l’infirmière arrive vers moi, lit ma fiche et d’emblée je lui explique pas trop fort :

— pour le prénom j’ai une explication, disons que j’ai changé …
Je n’ai pas besoin d’en dire plus elle réagit de manière spontanée
– ah oui ok ! pas de soucis… mais vous avez un visage très féminin, vous avez fait de la chirurgie ?
— non … enfin si juste une rhinoplastie
elle embraye sur le mariage pour tous d’elle même
– vous inquiétez pas, moi je suis pour le respect, il n’y a pas de soucis et c’est ce que j’inculque a mes enfants. D’ailleurs j’en ai vraiment ras le bol de ces manifestations, de tout ces homophobes …

Là je suis aux anges ! je ne dis même pas que je fais partie de l’association @andbraiz :D

On papote de mon changement d’état civil, on commente son propre divorce qui traine depuis 4 ans dans un TGI « ah et ces avocats, non seulement ils nous ruinent mais en plus à l’origine avec mon ex on était d’accord sur les modalités et ils ont tout cassé », « et puis voilà bien la preuve que les familles ne sont pas constitués que d’un père et d’une mère … ». Si j’avais pas eu une aiguille dans une veine, je crois que je l’aurais bien prise dans mes bras !

Anecdote marrante sur le genre : pendant le don une chanson passe à la radio et ses collègues échangent sur le sujet « c’est qui ? c’est l’autre là, la fille blonde. Mais non c’est un gars. Non non c’est une fille. » Une jeune fille qui trainait par là vend la mèche « non c’est un garçon, il s’appelle Asaf Avidan ». Forcément avec un clip confus comme le sien et sa voix non genrée, il y a de quoi perdre :

N’empêche le genre / le sexe, ça semble important pour les gens …

Bref je finis par une collation classique pendant laquelle, avec les deux femmes qui m’entourent, je discuterais de tout et de rien (on a parlé des sandwichs inadaptés aux grands gars autours de nous, on a comparé nos styles d’écriture, on a évoqué les magasins de vêtements) mais je me suis rendue compte d’une chose au détour des quelques paroles échangées : dans le reste de ma vie, tous les jours, tout le temps, je suis avec des personnes qui connaissent ma vie et mon passé (quand je ne dois pas les détailler…). Quand tout à coup je suis avec des inconnues et dans un environnement non-LGBT, je suis vue un peu différemment. C’était presque imperceptible mais je me suis sentie femme car les autres n’avaient pas dans leur esprit mon passé et donc moi-même j’ai pu l’oublier quelques minutes. Je ne sais pas si je suis claire mais je me suis rendue compte que je me freine toujours car dans un coin de ma conscience il reste une petite voix énervante : « si tu sors ça, ils vont te comparer à avant et ça va être gênant ». Bien sur ça ne doit pas être vrai mais j’ai expérimenté le fait d’être « anonyme » sur mon passé et c’est assez libérateur, je comprend l’envie de beaucoup d’entre nous de se fondre…

Le petit plus de la fin : pas une seule fois durant toute cette expérience je n’ai eu besoin des termes ou expressions « changement de sexe », « trans » ou « vaginoplastie ». Ce dont je ne suis pas peu fière car ça peut vouloir dire que la transidentité commence à exister dans l’esprit collectif !

Photo du profil de Amanda
Publié par
Un grain de beauté dans le dos, des veines affreuses et un bronzage agricole. Qui m'achève ?
Autres articles | Profil | Compte Twitter
LES réactions (8)
Mon expérience avec l’EFS
  • Par ChouPY aujourd'hui - 22 H 47

    Chérie je ne pense à ton avant que quand on en parle et quand on parle de transition, le reste du temps, tu es une fille comme les autres, quoiqu’un peu plus jolie que la moyenne !

    (Mais je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Et que ça te serve de leçon. Il n’y a pas de question de passing te concernant !)

     
  • Par MissButterfly aujourd'hui - 23 H 27
    Photo du profil de MissButterfly

    Très bel article, plein de moments forts, de situations aussi stressantes que merveilleuses. Je partage ton ressenti, je n’ai jamais pu faire de don du sang malheureusement (toujours à traîner un virus ou être sous antibiotiques). Mais maintenant que je suis en bonne santé, et que j’ai pris de l’assurance, j’y pense de plus en plus… Tous ces moments que tu décris me rappellent des situations similaires que j’ai vécu plus ou moins récemment, l’agacement de se sentir obligée de dire: « je suis en cours de changement d’état civil » pour clarifier une situation, le petit sourire quand une secrétaire lit le dossier qu’on lui apporte, et remarque que le prénom n’est pas le même que sur la convocation et dit: « Oh! bah j’aurai jamais remarqué :-D  » ou encore cette joie intense de discuter de tout et de rien, le plus naturellement du monde pendant de longs moments avec des personnes qui n’ont pas la moindre idée de notre passé, être juste soi-même, être heureuse parce que l’on est vue, perçue, reconnue comme une femme, sans faire d’efforts, sans fournir d’explications.
    Pfioouu! j’ai les mains qui tremblent ^^

    En tous cas merci Amanda, au travers de tes articles et vidéos, tu nous fais vivre des moments émouvant, intenses, riches d’émotions de toutes sortes, Bravo!

    Gros bisous! Prends soin de toi ;-)

     
  • Par Damia aujourd'hui - 23 H 29
    Photo du profil de Damia

    Ah, je vois que ton expérience avec l’EFS s’est mieux déroulée que la mienne (qui date d’un an grosso-modo). Sauf que l’on m’a refusée pour un autre raison en fait, donc « ça va ».

    Un article vraiment plaisant :) Si tu savais comme je t’envie, c’est terrible ;). Bien que toutefois avec mon assez bon passing, je peux également raconter quelques anecdotes où j’ai discuté avec d’autres gens qui ne connaissent rien de ma transition, de mon passé. Et il est vrai que c’est grisant. C’est ce dont à quoi j’aspire, être totalement inégrée au « corpus femina » et que l’on n’ait aucune question à me poser quant à quelque chose qui « clocherait ».
    C’est ce vers quoi je tends, et le THS va m’y aider énormément.

    En tout cas ton article est vraiment très plaisant à lire :) en ces temps un peu sombres, salis par quelques agités de privilégiés…

     
  • Par Spyro 29 Mai 2013 - 1 H 42
    Photo du profil de Spyro

    (comment peut-on imaginer que c’est une femme qui chante ? XD)

    Félicitations ! c’est super cool pour toi :).

    Pour le coup des « 4 mois », peut-être que la médecin trouve débile l’interdiction aux HSH de donner leur sang et que c’est pour ça qu’elle t’a demandé si tu avais une période suffisamment longue d’abstinence :).

     
  • Par Candice 29 Mai 2013 - 8 H 15

    Coucou Amanda,

    Super, du coup j’ai découvert le clip de Asaf que j’aime beaucoup.

    Je trouve très juste ta remarque sur les gens qui nous connaissent d’avant et le délicieux plaisir de se fondre dans le futur … sans eux ! Comme une gamine qui découvre émerveillée, la vraie vie.

    Aussi, depuis quelques mois que mon changement est consommé, personne ne m’a jamais interrogé sur le changement de sexe et tout ça : j’en déduis que la plupart des personnes s’en foutent et que seule l’apparence oriente le regard : si tu as l’apparence d’une fille … c’est que tu es une fille ! Là où ça pourrait bloquer, c’est avec un garçon qui pourrait me plaire, un jour : cela me stresse un peu mais je ne suis pas mûre pour ça donc c’est une autre histoire.

    Bisous

     
  • Par Lucie 29 Mai 2013 - 15 H 04

    Très belle expérience Amanda , j’espère avoir une allure aussi féminine que la tienne pour passer pour n’importe quelle femme bio. Gros bisous ^^

     
  • Par Vincent D 29 Mai 2013 - 19 H 23

    Bjr Amanda,

    et une expérience de + dans les méandres de notre administration kafkaienne !!!
    Les commentaires précédents en attestent: vous aspirez les filles (T MtF) a être des femmes « normales »sans avoir à justifier de votre identité et évoquer votre passé Mec !
    Les mentalités évoluent (peut etre pas assez vite) et ces infirmières en sont une petite preuve, et la maxime pour vivre heureux (se) vivons caché(es)ne marche pas à tous les coups!

    Quel aveu Amanda finalement:en te sortant de ton environnement de tous les jours et de ta communauté LBGT, dont on a l’impression que tu te sens un peu à l’étroit (je peux me tromper), tu es enfin reconnue comme une femme à part entière!
    Il te faut (faudra)peut être changer d’air et partir vers d’autres horizons…..

    Ce n’est que l’humble avis d’un mec hétéro qui, à priori n’a rien à faire sur ce blog: sous pretexte que tu es transgenre ton parcours ne m’interesserait pas; la preuve que non et à force de mettre des barrières partout, on finit par enbrigader les gens et à en faire des moutons dociles prêts à suivre la pensée dominante !!

    Pour finir sur une petite note d’humour: tun ne penses pas sérieusement te retirer au couvent, quand même?

    Bien à toi
    Biz
    VD

     
  • Par Jean-Pierre 02 Juin 2013 - 16 H 19

    Intéressante tranche de vie !

    Bien sûr que les mentalités évoluent, et avec elles le regard des gens. Mais cette « communauté » a la chance de t’avoir, sinon en porte-parole, du moins en représentante d’un grand humanisme.
    Tu ne dois pas t’imaginer à quel point ton parcours révélé
    presque au jour le jour peut aider d’autres que toi qui sont dans le doute et la crainte.

    A leur place, je te dis merci pour ces moments partagés.
    Je t’embrasse,
    Jean-Pierre

     
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Woman's Land | 8 h 29 | 9 COMMENTAIRES
    T | 11 h 55 | 0 COMMENTAIRE
    Histoire | Libertés | T | 11 h 04 | 9 COMMENTAIRES
    Publicité